Images de modèles de Storman. Fourni par Blogger.

Blog Archive

Video Of Day

Text Widget

Sample Text

Rejoignez nous sur Facebook

Popular Posts

Pages

Get Social

Des colliers de dentition dangereux vendus en pharmacie

 


Plusieurs de ces bijoux en ambre pour bébé sont retirés du marché. Certains étaient même vendus illégalement en pharmacie.


Les colliers de dentition fabriqués à partir d’ambre sont, une nouvelle fois, dans le collimateur. Depuis le début de l’année, sept marques ont organisé le rappel de ce type de bijou censé soulager les bébés lors de leurs poussées de dent. L’une de ces références était même commercialisée dans plus de 600 pharmacies.

Les contrôles, diligentés par la Répression des fraudes fin 2015, ont mis en évidence deux principaux défauts. D’une part, sur plusieurs modèles, les cordons se sont révélés trop fragiles, pouvant casser et libérer les perles, avec un risque d’ingestion des pierres. D’autre part, certains fermoirs trop résistants ne s’ouvrent pas en cas de forte pression. L’enfant pourrait alors être étranglé si le collier s’accroche quelque part.


30 décès recensés en 2003 par le Smur de Necker
Ce danger n’est pas qu’hypothétique. Au cours de l’année 2003, le service mobile d’urgence et de réanimation (Smur) pédiatrique de l’hôpital Necker, à Paris, recensait pas moins de 30 décès d’enfants par étranglement et mettait notamment en cause des colliers et chaînettes. En 2012, l’Institut national de veille sanitaire (InVS) recensait pour sa part une dizaine d’accidents ou d’incidents en deux ans.

En 2011, la Répression des fraudes avait organisé une première série de contrôles qui avait débouché sur le retrait de nombreux produits du marché : dans neuf cas sur dix, les colliers ne répondaient pas à l’obligation générale de sécurité des produits.
Pharmaciens, pas bijoutiers
À la suite de cette campagne, la Direction générale de la santé (DGS) avait rappelé aux pharmaciens qu’il leur était interdit de vendre ces colliers. Un message relayé à plusieurs reprises par l’Ordre des pharmaciens : « La liste des marchandises dont les pharmaciens peuvent faire commerce dans leur officine est déterminée par l’arrêté du 15 février 2002 modifié. Les “bijoux” ne font pas partie de cette liste », rappelle-t-il dans son Journal de mars 2012.



L’information n’est semble-t-il pas parvenue dans toutes les officines. Les pharmaciens en infraction risquent une sanction disciplinaire.
Interdiction de vanter les vertus curatives de ces bijoux
Par ailleurs, conformément à l’article L. 5122-15 du code de santé publique, les vendeurs de colliers d’ambre n’ont pas le droit de vanter les vertus curatives de leurs produits, ces dernières n’étant pas prouvées scientifiquement.

Ainsi, en mars 2012, la société Ambre Baltique qui affirmait sur son site Internet que « l’ambre est reconnu pour soulager les douleurs dentaires des bébés » avait été contrainte de retirer toutes ses publicités.

Mais là encore, cette interdiction est méconnue ou ignorée : on trouve encore de nombreuses publicités en ligne mettant en avant le caractère thérapeutique de ces colliers.

Source : www.60millions-mag.com

More Categories

loading...