Images de modèles de Storman. Fourni par Blogger.

Blog Archive

Video Of Day

Text Widget

Sample Text

Rejoignez nous sur Facebook

Popular Posts

Pages

Get Social

Le concombre de mer tue 95% des cellules cancéreuses, réduit les tumeurs, et bien plus encore!

 

Le concombre de mer, ou holothurie, a été utilisé en médecine traditionnelle chinoise depuis des centaines d’années, mais il est relativement inconnu en occident. Cela pourrait bientôt changer, cependant, parce qu’il y a de plus en plus de preuves que des extraits de concombres de mer peuvent tuer les cellules cancéreuses tout en stimulant le système immunitaire.


Tel que rapporté par Ethan Evers, auteur de « The Eden Prescription », des recherches antérieures sur le concombre de mer ont démontré sa capacité à tuer les cellules du cancer du poumon, du sein, de la prostate, de la peau, du côlon, du pancréas et du foie. Ces extraits se sont également avérés efficaces pour tuer les cellules leucémiques et du glioblastome. On dirait que nous pouvons ajouter encore un autre aliment à la liste des aliments anti-cancer.

Les scientifiques croient qu’un composé clé connu sous le nom de frondoside A est le responsable. Le frondoside A est un triterpénoïde, des composés organiques divers trouvés dans les huiles essentielles et les oléorésines de plantes.

Cette dernière étude, publiée dans la revue PLoS One, a confirmé à quel point le frondoside A est vraiment puissant. Les chercheurs ont constaté qu’il tuait 95% des cellules du cancer du sein ER+, 95% des cellules du cancer du foie, 90% des cellules de mélanome et de 85 à 88% des trois types de cancer du poumon différents.

Comme le rapporte Evers:

« Mais les avantages de ce composé ne s’arrêtent pas à induire directement la mort cellulaire programmée (apoptose). Il inhibe également l’angiogenèse (la capacité des tumeurs à développer de nouveaux vaisseaux sanguins pour obtenir leur nourriture) et stoppe la prolifération des métastases en empêchant la migration et l’invasion cellulaire. Ce qui est le pus fascinant c’est la capacité du frondoside A à activer les cellules tueuses naturelles de notre système immunitaire pour attaquer les cellules cancéreuses. Ceci a été montré pour le cancer du sein en particulier, mais c’est également applicable à tous les cancers, car cela implique le système immunitaire, et non les cellules cancéreuses directement. Cela peut expliquer en partie pourquoi le frondoside A était si efficace dans la diminution des tumeurs du poumon chez les souris et qu’il rivalisait avec les médicaments de chimiothérapie en terme de performance. »

Lorsqu’il est administré à des souris atteintes de cancer du poumon non à petites cellules, le frondoside A s’est avéré réduire les tumeurs de 40% en 10 jours seulement. Les médicaments traditionnels de chimiothérapie rétrécissent les tumeurs de 47 pour cent, mais les risques de traitement de la chimio sont beaucoup plus importants que les effets secondaires ou les risques du concombre de mer. (Notamment parce qu’il n’y a pas de risques connus associés aux concombres de mer). En outre, la quantité de frondoside A nécessaire pour atteindre ces résultats est minime, inférieure à un milligramme pour un adulte pesant 75 kilos.

Tel que rapporté par Ethan Evers, auteur de « The Eden Prescription », des recherches antérieures sur le concombre de mer ont démontré sa capacité à tuer les cellules du cancer du poumon, du sein, de la prostate, de la peau, du côlon, du pancréas et du foie. Ces extraits se sont également avérés efficaces pour tuer les cellules leucémiques et du glioblastome. On dirait que nous pouvons ajouter encore un autre aliment à la liste des aliments anti-cancer.

Les scientifiques croient qu’un composé clé connu sous le nom de frondoside A est le responsable. Le frondoside A est un triterpénoïde, des composés organiques divers trouvés dans les huiles essentielles et les oléorésines de plantes.

Cette dernière étude, publiée dans la revue PLoS One, a confirmé à quel point le frondoside A est vraiment puissant. Les chercheurs ont constaté qu’il tuait 95% des cellules du cancer du sein ER+, 95% des cellules du cancer du foie, 90% des cellules de mélanome et de 85 à 88% des trois types de cancer du poumon différents.

Comme le rapporte Evers:

« Mais les avantages de ce composé ne s’arrêtent pas à induire directement la mort cellulaire programmée (apoptose). Il inhibe également l’angiogenèse (la capacité des tumeurs à développer de nouveaux vaisseaux sanguins pour obtenir leur nourriture) et stoppe la prolifération des métastases en empêchant la migration et l’invasion cellulaire. Ce qui est le pus fascinant c’est la capacité du frondoside A à activer les cellules tueuses naturelles de notre système immunitaire pour attaquer les cellules cancéreuses. Ceci a été montré pour le cancer du sein en particulier, mais c’est également applicable à tous les cancers, car cela implique le système immunitaire, et non les cellules cancéreuses directement. Cela peut expliquer en partie pourquoi le frondoside A était si efficace dans la diminution des tumeurs du poumon chez les souris et qu’il rivalisait avec les médicaments de chimiothérapie en terme de performance. »

Lorsqu’il est administré à des souris atteintes de cancer du poumon non à petites cellules, le frondoside A s’est avéré réduire les tumeurs de 40% en 10 jours seulement. Les médicaments traditionnels de chimiothérapie rétrécissent les tumeurs de 47 pour cent, mais les risques de traitement de la chimio sont beaucoup plus importants que les effets secondaires ou les risques du concombre de mer. (Notamment parce qu’il n’y a pas de risques connus associés aux concombres de mer). En outre, la quantité de frondoside A nécessaire pour atteindre ces résultats est minime, inférieure à un milligramme pour un adulte pesant 75 kilos.

Source : www.sante-nutrition.org

More Categories

loading...