Ce que les médecins ne vous diront jamais : les noyaux d’abricot tuent les cellules cancéreuses sans effets secondaires

Les abricots, les pêches, les prunes ne sont pas seulement des fruits délicieux mais ils pourraient aussi contenir un ingrédient vital pour la prévention du cancer. La vitamine B17, connue sous le nom de Laetrile et Amygdaline, a fait l’objet de recherches qui font penser qu’elle peut aussi bien prévenir le cancer que le guérir. Ce remède est concentré dans le noyau lui-même. Et pourtant, malheureusement, la plupart d’entre nous jetons ce noyau en le prenant pour quelque chose d’inutile et immangeable. Que diriez-vous si je vous disais la vérité au sujet des noyaux d’abricots, à savoir qu’ils peuvent détruire les cellules cancéreuses ?


Ces noyaux peuvent en effet être un excellent moyen prophylactique contre le cancer. Comment est-ce possible ? Dans le livre « World without cancer » (Monde sans cancer), écrit par Edward Griffin, il a décrit la découverte, qui date de plus de trente ans. Dans son livre, il parle de cette découverte qui peut guérir le cancer et de la façon de le faire. Cependant, il mentionne également que cette découverte géniale a purement et simplement été enterrée par ceux qui tiennent à tirer profit de la maladie. Par ailleurs, Edward Griffin explique que le cancer présente souvent un métabolisme perturbé dans le corps, et que le cancer est d’origine métabolique par essence. Le métabolisme du corps est perturbé lorsque l’équilibre de vitamines et de minéraux est détruit. Votre corps commence à être affamé sans les vitamines et minéraux nécessaires qui sont vitaux pour un processus interne normal, ce qui alors déclenche les diverses défaillances de notre mécanisme endommagé. C’est le même principe qui s’applique pour toutes les autres maladies qui surviennent dans le corps.

Pourquoi cette vérité au sujet des noyaux d’abricots est-elle dissimulée ?

L’industrie du cancer gagne 200 milliards de dollars par an, ce n’est donc pas étonnant que les méthodes alternatives efficaces soient cachées au public. Comme l’explique Edward Griffin, le médicament pour guérir et prévenir le cancer existe depuis des siècles, et il ne demande aucune intervention humaine pour le fabriquer, mais malheureusement, cette découverte est occultée.

Alors, en quoi les noyaux d’abricot sont-ils un remède pour guérir le cancer ?

Les noyaux d’abricot contiennent une plus grande source d’amygdaline (appelée vitamine B17) que d’autres sources végétales. Cet ingrédient possède une propriété inestimable pour le corps humain. Il cible et tue les cellules cancéreuses tout en renforçant le système immunitaire, ce qui le protège contre la réapparition du cancer. La recherche a démontré qu’une tribu himalayenne connue sous le nom de « Hunza » n’a jamais eu un cas de cancer en raison de leur régime alimentaire naturel qui est riche en abricots. Leur alimentation contient 200 fois plus de vitamine B17 qu’un régime occidental. Dans la culture Hunza, le noyau d’abricot est considéré comme l’aliment le plus précieux.

En 1952, un biochimiste persévérant, le Dr Ernst T. Krebs a découvert une nouvelle vitamine à laquelle il a attribué le numéro B17 et appelée « Laetrile ». Sa recherche l’a conduit à l’amygdaline, qu’il a trouvée la plus concentrée dans les noyaux d’abricots.

L’amygdaline contient 4 substances : 2 sont du glucose ; 1 est du benzaldéhide, et l’autre est le cyanure. Les gens sont effrayés lorsque le mot « cyanure » est mentionné. Cependant, vous devez savoir qu’en chimie, les éléments individuels d’un composé ne sont actifs que lorsqu’ils sont isolés. Lorsque B17 est introduit dans le corps, il est décomposé par l’enzyme Rhodanese. Le rhodanese sépare l’acide cyanhydrique du Benzaldéhyde en 2 produits, le Thiocyanate et l’acide benzoïque qui sont bénéfiques pour nourrir les cellules saines et produisent le milieu métabolique pour la vitamine B12. Tout excès de l’un de ces sous-produits est évacué du corps de façon naturelle par l’urine. La vitamine B17 passe dans votre corps et n’y reste pas plus de 80 minutes puisque le Rhodanese le décompose. (En fait, il a été prouvé que le sucre est 20 fois plus toxique que la B17).

Lorsque la B17 vient en contact avec les cellules cancéreuses, il n’y a plus de Rhodanese pour la décomposer et la neutraliser, mais au contraire, seule l’enzyme Bêta-Glucosidase est présente en très grandes quantités. Lorsque la B17 et la Bêta-Glucosidase entrent en contact, une réaction chimique se produit et l’acide cyanhydrique et le benzaldéhyde se combinent de manière synergique pour produire un poison qui détruit et tue les cellules cancéreuses. Ce processus est connu comme « la toxicité sélective ». Et étant donné que les cellules cancéreuses ne contiennent pas de Rhodanese, le cyanure et le benzaldéhyde fonctionnent sur le mode de toxicité sélective en tuant seulement les cellules cancéreuses.

Malheureusement, le Dr Krebs n’a pas pu faire breveter sa découverte puisque le laetrile n’est pas fabriqué chimiquement par des personnes mais dérivé de la nature. Malgré une croyance populaire que le cancer est principalement causé par le tabagisme, ou la constante lumière du soleil ou même encore par les produits chimiques dans nos aliments (qui bien sûr contribuent à la mauvaise santé), le Dr Krebs, au long de ses recherches tenaces, était convaincu que le cancer est une simple maladie de déficience en vitamine B17. Malgré la preuve tangible de son efficacité à guérir et prévenir le cancer, la FDA a banni le laetrile en 1971. Ceci n’a pas été une surprise car la découverte du Dr Krebs constituait une sérieuse alerte financière à l’industrie du cancer.

Le livre écrit par Edward Griffin fournit également des recommandations pour l’utilisation des noyaux d’abricot.

– Pour la prévention, il est recommandé de prendre environ 5 à 7 noyaux d’abricot par jour. Il suffit de les casser et de consommer l’amande qui s’y trouve. On trouve aussi des amandes de noyaux d’abricots sur internet.

– Pour un cancer déjà déclaré, utilisez 2 ou 3 fois cette quantité.

La vitamine B17 est soluble dans l’eau et n’est pas toxique. Cependant, quelques personnes peuvent avoir la nausée si elles prennent trop de noyaux en même temps.

Et assurez-vous d’éviter le sucre lorsque vous voulez guérir du cancer, car les cellules cancéreuses se nourrissent de la fermentation du sucre (glucose) pour leur énergie à la place de l’oxygène.


Traduction de la vidéo:

Vous mentionnez les noyaux d’abricot comme l’un des traitements que vous avez utilisé ; et le laetrile vient de là, pouvez-vous le décrire et rectifier l’erreur que j’ai faite. Pouvez-vous décrire comment cela fonctionne, dans votre recherche.

Les noyaux d’abricot, j’ai découvert que cela guérit le cancer. Et les gens qui mangent environ 7 noyaux d’abricot par jour n’auront pas le cancer. C’est l’acide cyanhydrique dans le noyau qui cible les cellules cancéreuses seulement et n’atteint pas les cellules saines. Et cela se trouve dans les noyaux d’abricot, de prunes, des pépins de pomme. Mais les noyaux d’abricot ont la plus grande concentration. C’est appelé l’Amygdaline ; ils en ont fabriqué une version qu’ils injectent. Mais je n’utilise pas d’aiguilles, je ne fais pas de piqûres, et je ne pourrais pas me le permettre de toute façon. Donc, je ne me servais que des noyaux d’abricot. Donc je prenais mes abricots chaque jour, je les mettais dans un sac avec une fermeture éclair et je les cassais avec un marteau pour les ouvrir et extraire l’amande de la coque. Puis je les passais dans un moulin à café et je mettais la poudre dans une sauce à la pomme non sucrée pour les manger. Car le goût n’est vraiment pas bon. Mais, vous savez, c’est efficace ! Donc j’en mangeais tout au long de la journée quand même.

Est-ce qu’on peut en manger trop ? Oui, ce qui est recommandé en général, c’est 1 noyau par 5 kilos de poids, si vous avez le cancer, c’est ce que je faisais à ce moment-là. Et si vous voulez maintenir votre système immunitaire, c’est 7 noyaux d’abricot par jour pour ne pas avoir le cancer. Et j’ai entendu dire que des gens dépassaient en fait la limite, et je suppose que vous pouvez développer une tolérance. Je ne l’ai pas expérimenté personnellement.

Source : www.sante-nutrition.org

Unordered List

loading...