Il déteste sa mère durant toute sa vie, mais quand elle meurt, il reçoit une lettre qui le fait fondre en larmes!

On ne saurait vérifier la véridicité de cette histoire, or, elle mérite d’être lue.


«Ma mère n’avait qu’un œil, et je ne l’aimais pas.

Travaillant à la cantine d’une école, elle servait la nourriture aux étudiants et enseignants, afin de subvenir à nos besoins, et j’avais honte d’elle.

Une fois, à l’école, elle est venue me voir pour me dire bonjour. J’étais plus qu’embarrassé.

Comment pouvait-elle me faire ça ? J’ai décidé de l’ignorer et avant de partir, lui ai lancé un regard colérique. Le lendemain, mes camarades de classe me pointaient du doigt en disant : «Beurk, ta mère n’a qu’un œil !»

À chaque fois, je voulais au fond de moi qu’elle disparaisse, je ne savais plus où me mettre.

Je lui ai dit : «Si tu n’as que ça à faire de me faire honte devant mes amis, alors tu peux disparaître.»

Elle ne m’a pas répondu.

Je croyais que ma colère se calmerait, mais à l’époque, je me fichais bien de ces sentiments que j’avais envers ma mère.

Je voulais quitter l’école et la maison, alors j’ai tout fait pour réussir à décrocher une bourse avec de bonnes notes, j’ai eu la possibilité même d’étudier à l’étranger.

Je me suis marié, nous avons acheté une maison et fondé une famille. J’avais une vie heureuse, avec mes enfants et un quotidien agréable.

Un jour, ma mère est venue me visiter, sans me prévenir. On ne s’était pas vus depuis des années, et elle n’avait jamais rencontré ses petits-enfants.

Lorsqu’elle a ouvert la porte, sa vue a effrayé les enfants, avant qu’ils ne rient d’elle en la montrant du doigt. Je me suis écrié : «Comment oses-tu venir ici et effrayer mes enfants ? Va-t’en, maintenant !»

Elle a répondu calmement, s’excusant, disant qu’elle avait la mauvaise adresse, avant de disparaître.

Un jour, j’ai reçu une lettre pour une réunion d’anciens camarades de classe. J’ai dit à ma femme que je partais en voyage d’affaires. Après cette réunion, par curiosité, je suis retourné à notre vieille maison, où j’ai grandi. Mais les voisins m’ont dit qu’elle était morte. Je n’ai pas pleuré. Ils m’ont ensuite donné une lettre, qu’elle tenait que je lise.

«Mon fils,

Je pense à toi tous les jours. Désolée d’être venue sans être invitée et d’avoir effrayé les enfants.

J’étais heureuse de savoir que vous alliez avoir une réunion avec tes camarades de classe. Étant alitée, les chances sont minces pour que je te revoie. Je suis désolée que tu aies eu honte de moi toute ta vie, ce n’est pas ce que je souhaitais pour toi.

Quand tu étais tout petit, un accident horrible t’a pris un œil. L’idée que tu passes ton enfance avec un seul œil m’était insupportable. Alors, je t’ai fait don du mien.

J’étais fière que tu puisses découvrir le monde avec mon œil. Je n’ai toujours voulu que le bien pour toi, ne l’oublie jamais.

Je t’aime.

Ta mère»

Les parents sont prêts à tous les sacrifices pour leurs enfants, montrez à vos parents, autant que possible, que vous les aimez, vous ne saurez jamais quand ils vous quitteront.

Source  : www.ayoye.com

Ailleurs sur le Web

loading...