Les laboratoires pharmaceutiques qui arrosent le plus les médecins… et les médecins les plus arrosés

Alors que le projet de loi Santé est examiné à l’Assemblée nationale, l’association Regards Citoyens jette un pavé dans la mare. Ce collectif vient de publier la liste des millions de cadeaux et de contrats offerts aux professionnels de santé par les laboratoires pharmaceutiques. Deux ans et demi de travail et des milliers de données qui mettent en lumière un système très troublant et encore très opaque… Un site Internet permet d’entrer d’entrer le nom de son médecin pour connaître le montant des cadeaux qu’ils a perçu des laboratoires.


Les laboratoires pharmaceutiques seraient très très généreux avec nos chers médecins ! Entre janvier 2012 et juin 2014, ils auraient ainsi versé par moins de 236 millions d’euros en cadeaux et autres petits avantages (repas, frais hôteliers, voyages, etc.) aux professionnels de santé, du chirurgien au généraliste, en passant par le pharmacien et la sage-femme. Largement de quoi se payer le dernier modèle de l’Airbus A350 !

Répartition par la nature des cadeaux reçus par les professionnels de santé


Pour mettre au jour un tel micmac, l’association Regards Citoyens a compilé depuis 2 ans et demi les données publiées par l’ordre des médecins, des pharmaciens, des dentistes, des infirmiers et des sages-femmes, mais aussi par le ministère de la Santé. Au total, ce sont ainsi plus de 400.000 professionnels qui se feraient arroser par le lobby pharmaceutique. “Il faut ajouter les internes, le personnel administratif dans les hôpitaux et les cliniques, les associations de praticiens et parfois même les associations de malades, qui ne sont pas insensibles aux présents des labos, mais n’apparaissent pas dans les statistiques officielles”, précise Tangui Morlier, l’un des auteurs de ce travail de fourmi, aussi consultant en informatique.

C’est le scandale du Mediator, qui a obligé les pouvoirs publics à favoriser davantage de transparence dans les relations entre les labos et les professions médicales. Cet antidiabétique prescrit comme coupe-faim à des milliers de femmes en quête de lignes parfaites aurait coûté la vie de 500 à 2.000 personnes. En cause notamment : les relations troubles entre les laboratoires et les professionnels de santé. A l’issue de cette affaire, le ministre de la santé de l’époque, Xavier Bertrand, propose une loi adoptée par le Parlement pour favoriser la transparence sur les liens d’intérêts entre les médecins et l’industrie pharmaceutique. Résultat : le site transparence.sante.gouv.fr voit le jour.

On y retrouve le montant des cadeaux reçus ou encore le nombre de conventions organisées par les labos auxquelles chaque médecin a participé. “Mais les fonctionnalités sont médiocres et certaines ont carrément disparu, s’étonnent les militants associatifs. Il n’est par exemple plus possible de rechercher les praticiens par code postal uniquement et d’avoir la liste des laboratoires concernés”. Autre bémol : le montant des cachets touchés par les médecins lors de congrès et autres études de marché n’est pas détaillé. “Dommage, car c’est l’activité la plus lucrative”, déplore François Massot, membre de l’association Regards Ciroyens et développeur de profession. “Cette restriction fait suite à une circulaire signée par Marisol Touraine , l’actuelle ministre de la Santé”, note-t-il.

Répartition par type et nombre de contrats


Parmi les fichiers épluchés, Regards Citoyens a toutefois mis la main sur un document diffusé par erreur par le laboratoire Bayer, qui détaillerait des montants de contrats signés dans le cadre de congrès et autres missions de consulting allant de 10.000 à 70.000 euros. Rien que ça ! Or, les médecins auraient signé plus de 232.000 de ces contrats. Certains afficheraient par exemple pas moins de 20 contrats, comme ce psychiatre dont le nom n’a pas été rendu public, et 70.695 euros de cadeaux. Rien d’illégal toutefois. Pour qu’un médecin soit sanctionné, il faudrait démontrer qu’il y a un vrai conflit d’intérêt et le dénoncer à l’ordre des médecins, souligne François Massot.

Parmi les labos les plus généreux : Novartis Pharma, le fabricant de l’anti-inflammatoire Voltarène ou de la Ritaline prescrit pour soigner l’hyperactivité des enfants. Le labo suisse aurait dépensé près de 17,9 millions d’euros pour chouchouter les professionnels de santé. Plus étonnant encore, le laboratoire Servier, pourtant éclaboussé dans l’affaire Mediator, continuerait à choyer les blouses blanches (13,05 millions en 2 ans).  Avec 9,79 millions d’euros, le britannique Glaxosmithkline figurerait dans le trio de tête avec ses antibiotiques connus de tous les parents : l’Augmentin ou le Clamoxyl.

Les 15 labos pharmaceutiques les plus généreux avec les professionnels de santé (entre janvier 2012 et juin 2014)


Selon les données récoltées par Regards Citoyens, le plus gâté serait un chirurgien qui aurait empoché pas moins de 82.781 euros de cadeaux en nature entre janvier 2012 et juin 2014. Il est pour l’heure impossible de publier son nom. “Une délibération de la CNIL permet de consulter les données nominatives sur le site du ministère de la Santé, mais malheureusement pas de les diffuser”, commente Tanguy Marlier. Ses deux confrères les plus gourmandes, des cardiologues auraient touché respectivement 79.198 euros et 77.480 euros. Aucune spécialité ne serait oubliée. Un cancérologue aurait ainsi touché 59.012 euros. Largement de quoi pouvoir se délecter de plusieurs invitations dans des restaurants 3 étoiles.

Les 25 médecins les plus gâtés par les laboratoires (la divulgation de leur nom est interdite)


Il suffit de saisir ici le nom d’un médecin  pour connaître le montant des cadeaux qu’il a perçu des laboratoires.

Pour consulter toutes les données détaillées, rendez-vous sur le site de l’association Regards Citoyens

Source : http://aidersonprochain.com/

Partagez SVP

Ailleurs sur le Web

loading...