Un père mort a écrit des lettres pour guider son fils au fil de sa vie


L'histoire de Rafael Zohler montre ce qu'est le véritable amour. Le cadeau unique que son père décédé lui a laissé prouve à tout le monde que l'amour est même capable de transcender la mort.



Alors que Rafael n'avait que 8 ans, son père a été diagnostiqué d'un cancer. Il était âgé de 27 ans. Le jeune père se savait condamné, mais il ne voulait pas le dire à son fils. Au lieu de ça, il a passé ses derniers moments avec son fils à préparer des plans incroyables pour l'avenir et des virées à la pêche en famille. Lorsque son père est décédé, Rafael avait le coeur en miettes. Les seules choses qui lui mettaient un peu de baume au coeur étaient les petits "signes de vie" que son père avait laissés derrière lui. Une infirmière a donné des lettres à Rafael écrites par son père et dont le but était de guider ce dernier à travers les différentes étapes de la vie.

Les enveloppes ne comportaient pas d'adresses, mais de petites notes. Sur la première, la phrase suivante était inscrite : "Lorsque je serai parti". Rafael a ouvert la première lettre :

"Mon fils,
Si tu lis cette lettre, c'est que j'ai quitté ce monde. Je suis désolé de ne pas t'avoir dit la vérité, mais je ne voulais pas te voir pleurer. C'était mon choix. Je pense qu'une personne qui se retrouve face à la mort a le droit d'être un peu égoïste. Il y a tellement de choses que j'aimerais te montrer, tellement de choses que tu ne peux pas encore comprendre. C'est pourquoi je t'ai écrit ces lettres.
Ouvre-les seulement au moment indiqué sur l'enveloppe, d'accord ? C'est notre petit secret. Prends bien soin de maman car c'est désormais toi l'homme de la maison.
Avec tout mon amour,
Ton papa
P.S. il n'y a pas de lettres pour maman, elle a eu la voiture à la place."

Rafael était enchanté et réconforté par ce cadeau d'adieu unique en son genre. C'était comme si son père était encore là, enfermé dans ces enveloppes. Il y avait une lettre pour chaque occasion marquante et Rafael a toujours respecté le souhait de son père d'ouvrir les lettre comme indiqué sur les enveloppes.


Rafael a continué de grandir et s'est toujours tourné vers les mots de son père, surtout lors de l'adolescence, une période difficile. À 15 ans, Rafael a eu une énorme dispute avec sa mère à propos du nouveau petit-ami de cette dernière. Il pensait que cet homme était un moins que rien et qu'il ne méritait pas que sa mère s'attarde sur lui. Il a eu droit à une giffle pour avoir prononcé ces mots. Mais même à ce moment-là, son père était là à ses côtés. Rafael a alors pris l'enveloppe où était noté : "Lorsque tu as une grosse dispute avec maman" :

"Parle-lui et demande-lui qu'elle te pardonne. Je ne sais pas qui a commencé ni qui a raison ou tort, mais je connais ta mère. Parle-lui et excuse-toi. C'est la meilleure chose à faire.

C'est ta mère et elle t'aime plus que tout au monde. Sais-tu qu'elle t'a mise au monde sans péridurale parce que quelqu'un lui a dit que c'était mieux pour ta santé ? As-tu déjà vu une femme accoucher ? As-tu besoin de plus de preuves de son amour ?

Excuse-toi et elle te pardonnera.


Je t'aime.
Papa"
Rafael était toujours surpris de voir à quel point les conseils de son père étaient avisés et efficaces. Son père n'avait pas du tout l'âme d'un écrivain, il préférait les nombres. Cela n'a pas empêché pour autant son fils de 15 ans de prendre ses conseils au pied de la lettre. Il est allé voir sa mère et s'est excusé. Il lui a également montré la lettre de son père. Alors qu'ils se sont pris dans les bras en signe de pardon, tous deux ont eu l'impression que le père de Rafael était avec eux dans la pièce et partageait ce moment touchant avec eux.

Quelques années après, Rafael a ouvert une autre lettre intitulée "lorsque tu auras perdu ta virginité" :

"Félicitations mon fils !


Ne t'en fais pas, on s'améliore avec le temps. La première fois est toujours un peu bizarre. Ma première expérience était avec une femme pas très jolie qui avait beaucoup plus d'expérience que moi.

J'avais peur que tu demandes à ta mère ce que le mot "virginité" voulait dire lorsque tu as pris la lettre...

Avec tout mon amour,

Ton père"

Pour chaque étape heureuse ou difficile, Rafael avait une lettre de son père pleine de réconfort, d'apaisement et parfois même de rires. Lorsque Rafael a fondé une famille, il a ouvert l'enveloppe sur laquelle était marqué "lorsque tu seras père" :

"Aujourd'hui, tu sais ce qu'est le véritable amour mon fils. Tu pensais que c'était celui voué à une femme. Mais le véritable amour est ce que tu ressens pour les petits êtres qui portent ton nom. Je ne sais pas si c'est une fille ou un garçon.

L'un ou l'autre, peu importe, profite ! Le temps passe trop vite ! Ne laisse pas les moments t'échapper, car tu ne les vivras qu'une seule fois. Change les couches, donne-lui son bain. Mais avant toute chose, veille sur lui ou elle. Je sais que tu seras un bon père, mon fils."


Même si Rafael a tenu sa promesse d'ouvrir les enveloppes en temps et en heure, il n'a pas pu s'empêcher d'ouvrir celle intitulée "si tu te rends compte que tu es gay" (même s'il ne l'était pas):

"Que dire ? Dieu merci, je suis mort. Je PLAISANTE. Je me suis rendu compte que nous donnions trop d'importance aux choses qui ne le méritent pas. Croyais-tu vraiment que quelque chose allait changer sur ce que je ressens pour toi ? Ne sois pas stupide, tout ce qui compte pour moi est de te savoir heureux !"

Chaque lettre a touché Rafael et la plupart l'ont fait rire. Au début, il ne voulait pas ouvrir l'enveloppe intitulée "lorsque ta mère sera morte". Mais ces cinq mots lui ont réchauffé le coeur :

"Elle est avec moi maintenant."


La père de Rafael l'a guidé tout au long de sa vie jusqu'au dernier moment... À l'âge de 85 ans, alors qu'il était entouré de machines, Rafael a lu sa dernière lettre intitulée "quand ton heure sera venue" :

"Bonjour mon fils !

J'espère que tu liras cette lettre à un âge très avancé. C'est la première lettre que j'ai écrite et cela a été la plus facile. Elle m'a permis de soulager la douleur de te perdre. Je crois que l'on prend plus conscience des choses lorsque la fin approche. Tu peux être plus direct.

Ces derniers jours, j'ai beaucoup repensé à ma vie. Elle était courte, mais belle. J'étais ton père et le mari de ta mère, pouvais-je rêver mieux ? Je peux partir en paix et aujourd'hui, c'est à ton tour de trouver la paix.

Mon unique conseil est : n'aie pas peur.

P.S. tu me manques."


Et c'est ainsi que l'histoire de Rafael se termine. Cette histoire montre que les proches, même disparus, sont toujours là auprès de nous. Même s'ils ne nous ont pas laissé de lettres, ils sont là dans nos souvenirs et notre coeur. C'est beau d'imaginer qu'une partie de nous vivra toujours dans la coeur et l'esprit de nos proches encore en vie.

Source : www.feroce.co

Partagez SVP

Ailleurs sur le Web

loading...