La Terre serait entrée dans une nouvelle époque géologique, l'Anthropocène

Cette ère a débuté au milieu du 20e siècle...



Changement climatique, érosion des sols, disparition d’espèces, réchauffement des océans… La liste des conséquences de l’action de l’Homme sur la planète est longue. Et nous aurions ainsi fait entrer la Terre dans une nouvelle époque géologique, l’Anthropocène (« l’âge de l’homme »), qui a débuté au milieu du 20e siècle.

Il serait temps de dire adieu à l’Holocène

Selon un groupe de scientifiques qui a présenté ce lundi ses conclusions devant le Congrès géologique international réuni jusqu’au 4 septembre au Cap (Afrique du Sud), il serait donc temps de dire adieu à l’Holocène, époque géologique qui a commencé il y a 11.700 ans avec la fin de la dernière glaciation.

Composé de 35 personnes, le groupe de travail qui réunit à la fois des géologues, des océanographes, des climatologues, des historiens ou des archéologues, a considéré à la quasi-unanimité (34 pour, une abstention) que l’Anthropocène était devenue une réalité sur le plan de la stratigraphie [l’étude des différentes couches géologiques]. A une forte majorité (30 pour, 3 contre, deux abstentions), il estime que l’entrée dans l’Anthropocène, suspectée depuis plusieurs années, « doit être formalisée ».
« L’Homme est devenu une force telle qu’il modifie la planète »

« L’Homme est devenu une force telle qu’il modifie la planète. C’est aussi inquiétant », estime ainsi Catherine Jeandel, directrice de recherche CNRS au Laboratoire d’études en Géophysique et Océanographie Spatiales (LEGOS), et membre de ce groupe qui travaille depuis plus de sept ans sur la question.

A noter que le concept d’Anthropocène a été forgé il y a plus d’une dizaine d’années par le Néerlandais Paul Crutzen (prix Nobel de Chimie 1995) qui participe au groupe de travail. Il faisait débuter cette nouvelle époque avec la Révolution industrielle du 19e siècle. Mais une majorité des membres pense que la nouvelle époque a commencé au milieu du 20e siècle.

Radioactives artificielles, plastiques et aluminium

« On appelle cette époque "la grande accélération". L’utilisation de combustibles fossiles, de matériaux artificiels, les rejets de méthane, de CO2 etc., tout s’est considérablement accéléré après la Deuxième Guerre mondiale en particulier pendant les Trente Glorieuses », précise Catherine Jeandel qui, pour déterminer le début de l’Anthropocène, est partie à la recherche de marqueurs « pertinents ».
« Les retombées radioactives artificielles, liées aux essais nucléaires qui ont connu un pic dans les années 1960, se retrouvent dans les couches géologiques » par exemple, indique Catherine Jeandel. Il y a aussi les plastiques. « On en trouve déjà dans les couches géologiques à certains endroits ». Ou encore l’aluminium, énumère-t-elle.

Si les arguments tiennent la route, la voie semble encore longue avant que le changement d’époque ne soit officiellement acté. La proposition des scientifiques doit être soumise à toute une batterie de commission ou d’experts et il faudra au moins encore deux ans pour parvenir au bout du processus.


Source

Ailleurs sur le Web

loading...