Les 1 % les plus riches possèdent désormais davantage que les 99 % restants


Ça paraît tellement surréaliste ! Mais le plus incroyable c’est que ça n’a l’air de choquer personne


Le rapport d’Oxfam de 2015 l’avait prédit, c’est chose faite. Enfin ! Les 1% les plus riches détiennent plus de richesses que les 99% autres.  De quoi sabrer le champagne, c’est historique ! Les pauvres, les sans dents, les gueux ont encore un peu plus la tête sous l’eau et l’auront ad vitam æternam, quelle belle nouvelle ! Le système est vraisemblablement assez bien fait, peu de gens semblent être révoltés par ce genre de statistiques. En effet, cela parle un peu moins qu’un joli discours. Et le peuple aime les jolis discours, c’est comme ça, j’y suis pour rien moi !

Alors, que dit ce rapport ? Il commence comme ceci :

“La crise mondiale des inégalités atteint de nouveaux sommets. Les 1 % les plus riches possèdent désormais davantage que les 99 % restants. Ils font usage de leur pouvoir et de leurs privilèges pour biaiser le modèle économique et creuser le fossé entre eux et le reste de la population. Un réseau mondial de paradis fiscaux a permis aux plus riches de cacher quelque 7 600 milliards de dollars. La lutte contre la pauvreté est vaine si la crise des inégalités n’est pas résolue.”

Oulah ! Ils n’y vont pas de main morte, d’emblée on y apprend que les plus riches utilisent leur pouvoir et leurs privilèges pour “biaiser” le modèle économique. Cette phrase est complètement conspirationniste ! Car la main invisible est censée garantir la stabilité du système, ça n’est pas de notre faute si cette main à un penchant pour les plus riches. C’est totalement irréaliste !

Ensuite, ils nous disent qu’un soi disant “réseau mondial” de paradis fiscaux a permis aux plus riches de “cacher”quelque 7600 milliards de dollars. Pourtant comme l’avait dit M.Sarkozy et M.Hollande, les paradis fiscaux n’existent quasiment plus. Il s’agit ici d’une vue de l’esprit mensongère, comme ci nous allions nous amuser à cacher notre argent… Voyons, cela n’est pas sérieux !
Ensuite, ils terminent sur une phrase assez fataliste prétendant que les dés sont jetés et parle même de “crise des inégalités”. C’est tout simplement du sensationnalisme, il n’y a pas de crise des inégalités, c’est juste qu’il est normal d’avoir des personnes un peu plus riches dans un système économique digne de ce nom. Qui donnerait le travail aux pauvres sinon ?

Parenthèse close. Comme vous l’aurez compris, il est difficile de pouvoir donner des justifications cohérentes face à cette situation qui s’aggrave d’année en année, avec la complicité de nos dirigeants. Une situation qui devrait choquer la plupart d’entre nous. A ce niveau là, il ne s’agit plus d’une mauvaise répartition des richesses, mais d’un braquage structurel, institutionnel et bien entendu légal. Tout ceci est avant tout la résultante d’un système économique construit et entretenu par les personnes les plus riches de ce système. Nous pouvons parler d’esclavage moderne ! Car, il s’agit au final de la richesse produite par le travail de tous qui part dans les poches de quelque uns, rien de plus, rien de moins.

Voyons maintenant en détails ce que nous dit le rapport.

D’après les calculs d’Oxfam:

• En 2015, 62 personnes possédaient à elles seules les mêmes richesses que 3,5 milliards de personnes (soit la moitié la plus pauvre de l’humanité), contre 388 personnes en 2010.
• La fortune des 62 personnes les plus riches au monde a augmenté de 44 % entre 2010 et 2015, soit une hausse de plus de 500 milliards de dollars (542 milliards de dollars), pour s’établir à 1 760 milliards de dollars.
• Parallèlement, les richesses de la moitié la plus pauvre de l’humanité ont diminué de plus de mille milliards de dollars au cours de la même période, soit une chute de 41 %.
• Depuis le début du XXIe siècle, la moitié la plus pauvre de la population mondiale a bénéficié de seulement 1 % de l’augmentation totale des richesses mondiales, alors que les 1 % les plus riches se sont partagé la moitié de cette hausse.
• Le revenu annuel moyen des 10 % les plus pauvres dans le monde a augmenté de moins de 3 dollars en près d’un quart de siècle. Autrement dit, leur revenu journalier a augmenté de moins d’un cent par an.

On y apprend aussi que : “Les défenseurs du statu quo prétendent que les inquiétudes générées par les inégalités reposent sur « la jalousie politique». Ils évoquent souvent la réduction du nombre de personnes vivant dans l’extrême pauvreté pour démontrer que les inégalités ne constituent pas un problème majeur.”
Oui, vous avez bien lu, cela n’est pas un problème majeur ! Et qu’entendent-ils par “jalousie politique” ?

Le rapport continue sur l’incroyable détournement des paradis fiscaux :

“Nul ne peut nier que les grands gagnants de l’économie mondiale actuelle sont les plus fortunés. Notre modèle économique est fortement biaisé en leur faveur, une tendance qui semble s’intensifier. En lieu et place du ruissellement attendu sur les couches inférieures de la population, les revenus et les richesses sont aspirées à un rythme alarmant par cette élite. À ce stade c‟est un réseau de paradis fiscaux toujours plus élaboré et soutenu par un panel de gestionnaires de patrimoine qui garantit que cet argent reste hors de portée des citoyens ordinaires et de leurs États. D’après une récente estimation 47 600 milliards de dollars, soit plus que le PIB combiné de l’Allemagne et du Royaume-Uni, sont actuellement détenus sur des comptes offshore par des particuliers.”

Et contrairement à ce que vous disent messieurs Hollande et Sarkozy :

– D’après une analyse d’Oxfam menée sur 200 entreprises, notamment les plus puissantes au monde et les partenaires stratégiques du Forum économique mondial, 9 entreprises sur 10 sont présentes dans au moins un paradis fiscal.
– Les investissements privés dans les paradis fiscaux ont pratiquement quadruplé entre 2001 et 2014.

Rapport du CCFD-Terre Solidaire sur l’évasion fiscale (2010)
Pour vous éviter le copier/coller de tout le rapport, vous pourrez le lire en version courte ici et en version longue ici.  A la fin du rapport, Oxfam fait quelques recommandations à destination des dirigeants :

 – Verser aux travailleurs un salaire décent et mettre fin aux écarts salariaux dus aux primes vertigineuses des dirigeants.

– Promouvoir l’égalité économique pour toutes et les droits des femmes.
 – Surveiller l’influence des puissantes élites.
 – Modifier le système international de R&D et la tarification des médicaments, de manière à ce que l’ensemble de la population ait accès à des médicaments adaptés et abordables.
 – Partager équitablement la charge fiscale pour uniformiser les règles du jeu.
 – Recourir à des dépenses publiques progressives pour lutter contre les inégalités.

Pour finir sur une conclusion qui m’a personnellement semblé légèrement naïve :

“Oxfam appelle en priorité les dirigeants mondiaux à s’entendre sur une approche globale pour éradiquer les paradis fiscaux. Les dirigeants mondiaux doivent s’engager plus efficacement dans la lutte contre les paradis fiscaux et contre les régimes fiscaux dommageables, y compris les régimes non préférentiels. Il est temps de mettre un terme au nivellement vers le bas en matière de fiscalité des entreprises. Enfin, tous les États et gouvernements – y compris les pays en développement, traités sur un pied d‟égalité – doivent s’accorder sur la création d’une organisation mondiale de la fiscalité qui tienne compte de tous les États et gouvernements et ayant pour mission de s’assurer que les régimes fiscaux nationaux n’ont pas de répercussions négatives à l’échelle internationale.”

Il me parait inconcevable que les mêmes personnes qui aujourd’hui laisse faire, voir participe à ce genre de manipulation se réveillent soudainement un beau matin pour lutter efficacement contre un phénomène qui touche directement les intérêts de ceux qu’ils défendent. Il ne s’agit plus de quelques pseudos réformes à mettre en place, c’est tout le système qui arrive en bout de course et qui devrait être réformé. Ceci étant, ce rapport à tout de même le mérite de taper là où ça fait mal et de montrer au grand public que la situation empire d’année en année… Est-ce que cela sera suffisant pour que les choses changent réellement ? Le temps nous le dira.

Source 

Ailleurs sur le Web

loading...